Changer de peau.

La mue, à ne pas confondre avec la métamorphose, est un phénomène cyclique ou régulier qui affecte le poil, la plume, la peau ou la carapace des animaux...

 

 

 

 

Fin d'été au Groenland. Le traquet motteux a fini d'élever ses jeunes. Il doit à présent entreprendre une migration considérable qui le mènera jusqu'en Afrique tropical, où il passera l'hiver. Pas question de partir avec des plumes de vol qui ont été usées par la couvaison et la lumière continue du Grand Nord: la mue dite postnuptiale arrive à point nommé.

 

 

 

Chez le traquet motteux mâle, une mue totale des plumes survient à l'automne. Elle permet le passage d'un plumage nuptial gris-bleu, blanc et noir à une livrée d'hiver roussâtre.

 

Plumes de vol, plumes de fête

Mais tous les oiseaux migrateur ne muent pas forcément avant le grand voyage. Certaines espèces, comme la mouette de Sabine, préfèrent miser sur le plein de réserves de graisses et muer plus tard, une fois parvenues dans leurs quartiers d'hiver.

Les oiseaux sont en tout cas le groupe d'animaux chez qui la mue prend les formes les plus diversifiées. Les plumes, puisqu'il s'agit d'elles, jouent comme on le sait un grand rôle dans la vie des volatiles. Avec le temps, elles s'usent; aussi doivent-elles être régulièrement remplacées. Dès sa jeunesse, l'oiseau effectue sa première mue: le passage du duvet au plumage. Chez l'adulte, la mue, très variable, peut avoir lieu une ou deux fois par an (parfois trois, voire quatre fois, comme chez le lagopède!). A ces occasions, il ne renouvèle pas la totalité de son plumage, ce qui lui permet de conitnuer à voler.

Chez les canards et les oies, mais aussi chez les grues ou certaines râles, toutes les plumes de vol (les rémiges) tombent en même temps au moment de la mue postnuptial, si bien que, pendant un certain laps de temps, les oiseaux, incapables de voler, sont très vulnérables aux prédateurs. Ils se regroupent alors sur les plans d'eau inacessibles ou dans des marais impénétrables.

Chez d'autres canards encore, tels le colvert, le pilet, le souchet, mais aussi le garrot albéole, le harle couronné ou le splendide canard mandarin, l'hiver est l'occasion pour les mâles de revêtir leur plus belle parrure de noces. Car déjà chacun recherche sa chacune...Ce plumage richement coloré a évidemment des vertus de séduction; les femelles, au contraire, adoptent plutôt des couleurs ternes pour pouvoir couver ensuite bien à l'abri du danger. A la fin de l"hiver, le mâle met son plumage en valeurau cours d'une parade. Passé cette période, les mâles subissent une nouvelle mue et leur plumage devient alors aussi terne que celui des femelles: c'est le plumage d'éclipse.

 

 

 

Lagopède des saules

 

 

 

Mouette de Sabine

 

 

 

Garrot albéole

 

 

 

Canard à collier noir

 

 

 

Bernache nonnette

 

 

 

Canard colvert

 

 

 

Canard pilet

 

 

 

Canard souchet

 

 

 

Harle couronné (femelle à gauche, mâle à droite)

 

 

 

Canards mandarins mâle et femelle

 

Un habit neuf pour passer inaperçu

La mue est aussi l'occasion de changer complètement de couleur. Certaines espèces vivant dans les montagnes ou la toundra prennent en automne une parrure immaculée pour se fondre dans la neige; ils retrouveront au printemps un plumage ou un pelage aux couleurs des lichens et des rochers leur permettant de se soustraire leplus possible au regard des prédateurs. C'est le cas, par exemple, du lagopède alpin, une espèce proche des perdrix, ou encore à l"hermine, petit mammifère carnivore au corps mince et allongé dont le pelage est brun en été tandis qu'en hiver il devient blanc (sauf le bout de la queue, qui reste noir). Il en va de même pour le renard polaire. Ainsi, les prédateurs jouent aussi avec les saisons et modifient, grâce à la mue, la couleur de leur manteau. pour passer à leur tour innaperçus de leurs proies!

 

 

 

Renard polaire

 

 

 

 

 

 

 

Lagopède alpin

 

 

 

 

 

 

Hermine

 

 

 

 

Une peau que l'on ôte comme un gant

Chez les serpents, la mue - annuelle le plus souvent - n'est pas progressive comme chez les oiseaux: périodiquement, ils se débarrassent en une fois de toute la couche superficielle de leur peau. peu de temps avant que survienne la mue, ils perdent leur vitalité, leurs couleurs ternissent, ils ne se nourrissent plus et certains passent beaucoup de temps dans l'eau, peut-être pour faire ramollir leur peau.

Lors de la mue proprement dite, les serpents se frottent contre une pierre ou tout objet rugeux pour déchirer cette couche superficielle à partir des lèvres. Sitôt la tête dégagée, le reste de la peau s'enlève d'une seule pièce, comme lorsque l'on retourne un bas. Dès que la vieille peau est partie - on l'appelle exuvie -, l'animal reprend des couleurs!

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'étroit dans sa carapace

Beaucoup d'invertébrés muent essentiellement au stade adulte. Les arthropodes, par exemple, qui regroupent notamment les araignées, les insectes, les crustacés et les mille-pattes, possèdent ce que l'on appelle un exosquelette, sorte de carapace qui les protège. Leur croissance, qui dure toute leur vie, s'effectue par une succession de mues - ou exuviations - au cours desquelles l'animal se débarrasse de son ancienne carapace pour en reconstituer une nouvelle...d'une pointure au-dessus! Ches les cloportes, par exemple, la mue se produit en deux étapes: la partie postérieure du corps, puis, quelques heureus plus tard, la partie antiérieure. Chez certains mille-pattes, les mues ne se produisent plus au stade adulte. A chaque muen un nouveau segment apparaît; une fois le nombre définitif d'anneaux atteint, l'animal ne croît plus et devient sexuellement mature.

 

 

 

Cloporte commun

 

 

 

Mille-pattes

 

 

 

 

 

Pour grandit, les myglaes doivent régulièrement abandonner leur carapce, devenue trop exiguë.

 

Le rôle de la lumière

Certaines espèces muent de nombreuses fois au cours de leurs existence, d'autres, très peu. On ne connait pas de manière précise ce qui déclenche ce phénomène complexe. On pense néanmoins aujourd'hui que l'accroissement de la lumière diurne joue un rôle primordiale dans le processus. L'hypophyse esr alors stimulée, ce qui déclenche la production de certaines hormones; celles-ci vont provoquer l'activité de glandes, dont la thyroïde, qui jouent un rôle dans la croissance des tissus et la pigmentation du plumage.

 

 

 

Anolis marmoratus

 

 

 

 

 

  Merle noir
 

 
Araignée-crabe
 

 
Manchot antipodes

 

 

 

800px-Anolis_sagrei_mue

 

Anole brun