Depuis très longtemps, les plus étranges croyances se répandent à propos des fossiles. Les premiers restes des dinosaures, découvert à la fin du XVIIIe siècle et au cours du XIXe siècle, furent mal interprétés, donnant lieu à des reconstitutions inexactes. Le long chemin parcouru par la paléontologie a permis de se faire une idée plus précise de l'aspect des dinosaures.

 

A la décharge des premiers paléontologues, qui vécurent au XIXe siècle, on peut dire qu'il était difficile d'imaginer alors, eut égard à la science, quelle forme pouvait prendre un animal. Les naturalistes n'avaient pas encore découvert les lois qui régissent l'évolution des être vivants: il faudra attendre les travaux de Darwin, en 1859. Si l'on ajoute à cela le fait que la texture de la peau, les couleurs et les organes internes des fossiles ne se conservent pas, sauf cas excpotionnels, on comprend à quel point la tâche de ces savants fut difficile.

Les fossiles étaient déjà connus à la fin de l'Antiquité, et certains philosophes avaient eu l'intuition de ce que pouvait être leur véritable nature. Au Moyen-Age, les ammonites (mollusques qui se sont éteints avant les dinosaures au Trias) étaient, en raison de leur forme en spirale, assimilées à la corne du dieu egyptien Amon, qui avait pour animal sacré le bélier. Quant aux crânes d'éléphants nains que l'on à découvert en Sicile, ils étaient appréhendés comme la tête d'un homme colossal doté d"un unique oeil au milieu du front: le mythique cyclope Polyphème! D'autres vestiges alimentèrent l'imagination humaine: ainsi, des os emprisonnés dans des roches étaient conçues comme d'anciens guerrier pétrifiés, des animaux tués par le Déluge universel ou encore comme des dragons ou d'autres animaux fantastiques.

 

 

 

Les premières découvertes

En 1770, on découvrit aux environs de Masstricht, aux Pays-Bas, une énorme mandibule de 120 cm de long, incrusté de coquillages. Les anatomistes consultés pensèrent tout d'abord qu'elle appartenait à une baleine. Mais il apparut bientôt que sa simulitude avec une mâchoire de lézard était évidente...

Les dinosaures faisaient leurs tout premiers pas dans l'histoire scientifique. Après la conquête de la Hollande par Napoléon, le fossile fut soumis à l'examen d'un célèbre savant, G.L. Cuvier. Ayant étudié les mastodontes (mammifères ressemblants aux éléphants), il fut convaincu que les animaux du passé, très semblables aux animaux de l'époque, s'étaient éteints, laissant des os fossilisés. Cuvier établit qu'il s'agissait d'un grand reptile marin, rappelant les varans terrestres. Il le baptisa Mosasaurus.

En 1822, Gideon Mantell déterra des dents de taille impressionnante au sud de l'Angleterre. Leur ressemblance avec celles d'un reptile végétarien ne faisait aucun doute, d'autant qu'elles montraient une grande analogie avec les dents d'iguane, conservées au Hunterian Museum de Londres. G. Mantell baptisa le fossile découvert Iguanodon ou "dent d'iguane". En comparant les dimensions des dents fossiles avec celles de l'iguane actuel, le paléontologue Sir Richard Owen estima d'abord leur longueur à 30 ou 60 m, mais de nouvelles découvertes lui permirent de ramener son estimation à 7 ou 8 m. Les connaissances sur les grands reptiles du passé se précisaient un peu. Il ne leur manquait plus qu'une dénomination. En 1841, la Royal Society baptisa ces animaux massifs, qu'Owens imaginait à sang chaud et dotés d"un corps rapellant celui du crocodile, Dinosauria, de sauriens, qui signifie "lézard" et dino qui signifie "terrible". En 1851, On reconstitua pour la première fois un modèle d'Iguanodon. Le résultat fut un gros lézard avec une corne sur la pointe du nez. Encore une fois, les paléontologues s'étaient trompés: la "corne" s'avéré plus tard être l'os du pouce!

 

 

 

 

Les dinosaures dominent la paléontologie

Après la description des premiers dinosaures, une véritable chasse à la découverte de nouveaux vestiges était lancée et l'on découvrit des monstres de plus en plus grands. Les dents d'un herbivore et d'un carnivore, respectivement appelés Trachodonet Dinodon, furent exhumées, ainsi que les restes d'un nouveau dinosaure doté d'un curieux bec rappelant celui d'un canard: Hadrosaurus, chef de file des dinosaures à bec de canard. La similitude anatomique avec iguanodon était remarquable mais ne correspondait pas à la reconstitution d'Owens. Leidy, le découvreur de Hadrosaurusn conclut que, comme ces animaux avaient les membres antérieurs nettement plus longs que les membres inférieurs, il devait s'agir d'animaux bipèdes qui se tenaient à la manière des kangouroux.

Au XIXe siècle, les restes de dinosaures étaient des trophés qu'on offrait aux monarques et aux princes. Les premiers paléontologues furent de véritables "chasseurs de fossiles", à l'instar des américains Cope et Marsh. Ils étaient deux grands amis, mais en raison d'un différent au sujet de l'anatomie des dinosaures, ils jouèrent de rivalité au point de se lancer dans une véritable chasse-compétition aux fossiles. Représentant des fortunes placés sous protection armée.

Les connaissances anatomiques de l'époque n'étaient pas très avancées. Il était donc difficile de comprendre comment ces animaux pouvaient gérer leurs énormes corps. Ainsi, on s'imaginait le brontosaure nageant dans des marais et se nourrissant de feuillage ou de plantes aquatiques, ce qu'il ne faisait sans doute pas. Le brachiosaure était représenté immergé jusqu'aux narines, bien que ces dernières soient placées à l'extrémité d'un coup singulièrement long. Pour maintenir sa tête au niveau de l'eau, l'animal aurait été obligé d'évoluer à des profondeurs d'au moins 15 m. Or, le corps du brachiosaure, pesant entre 50 et 60 tonnes, était certainement incapable de s'immerger totalement, la pression exercé par l'eau l'obligeant à flotter.

La découvertes des vestiges fossiles difficiles à interpréter fut à l'origine de bien d'autres erreurs: les collets de tréciratops, les crêtes des hadrosaures, les ongles et la corne de nombreux animaux fossiles suscitèrent les spéculations les plus hardies. Les reptiles marins et volant étaient également de véritables mystères d'anatomie pour les pionniers de la paléontologie: les 10 à 15 m d'envergure des ailes de Pteranodone ou les corps à nageoires des pliosaures et des plésiosaures étaient considérés comme les attributs de géants dominateurs. Les premières études consacrées à ces animaux les décrivaient volant comme de gigantesques oiseaux et ne tenaient pas compte du fait que de telles dimensions associées à une si faible musculature les en empêchaient certainement.

D'autres études se concentrèrent sur des restes beaucoup plus petits. La nouvelle de l'exhumation, en Allemagne, du corps d'un petit reptile couvert de plumes mit le monde scientifique en émoi: on avait trouvé Archeopteryx, l'ancêtre de tous les oiseaux! L'idée que les reptiles pouvaient être effectivement les ancêtres des oiseaux commençait à se frayer un chemin, mais il faudrait encore un siècle de découvertes pour obtenir un résultat digne de foi.

 

 

 

 

 

 

Voici la reconstitution d'iguanodon effectué par le paléontologue anglais Owens. En réalité l'os était un éperon osseux de la main.

 

 

 

La corne d'Amon

Pendant des siècles, on n'a pas su comment interpréter l'étrange forme des fossiles. Les ammonites, par exemple, étaient considérées, au Moyen-Age, comme la corne de bélier, animal sacré du dieux égyptien Amon.

 

 

 

Oiseau ou reptile?

Le découverte des restes de l'archeoptéryx, un reptile volant, ancêtre des oiseaux, fut accompagné de polémiques autour de la nature de l'animal: en effet, son anatomie était assez énigmatique.

 

 

 

Méthodes modernes

Les dinosaures étaient-ils des animaux à sang chaud ou à sang froid? La réponse peut sans doute être fournie par le petit Scipionyx samnitics. Il a conservé certains organes internes, un trésor qui n'a pas été évalué par les premiers paléontologues.

 

 


Crocodiles, iguanes
Les reptiles modernes permettent de mieux comprendre l'anatomie des animaux fossilisés découverts par les paléontologues. Les vestiges comme celui de Pleurosaurus rappellent les reptiles d'aujourd'hui.

 

Psittacosaurus_sibiricus_PIN