Un environnement équilibré dans une terre d'abondance.

 

Le bassin de l'Amazonie résonne de hurlements des singes et des cris assourdissants des aras. Cette masse de végétation impénétrable et grouillante de vie - on trouve plus d'animaux et de plantes dans la moiteur de cette serre gigantesque que n'importe où ailleurs dans le monde. Le climat équatorial stable garantit une chaleur et une humidité constantes, ainsi que des journées d'une longueur égale d'un bout de l'année à l'autre. Les arbres et les plantes bénéficient d'un environnement fertile, propice à la production de fruits et de fleurs et toutes saisons - nourriture de choix pour la faune abondante de la forêt.

 

 

 

Le jaguar mange des poissons qu'il capture dans l'eau d'un coup de patte mortel.

 

L'étage supérieur de la forêt

La ligne d'horizon de la forêt humide est interrompue par les cîmes des grands arbres. Les plus hauts s'élèvent jusqu'à 50 m au-dessus du sol. La voûte, ou couronne, abrite la plus importante concentration de faune et de flore. Les aigles, les faucons et les chouettes y font leur nids et descendent en piqué sur les singes et les oiseaux. Le paresseux à trois doigts vit suspendu aux branches la tête en bas , grâce à ses griffes longues et puissantes. Incapable de marcher, il grimpe pour trouver des brougeons et des feuilles. Sa fourrure abrite une végétation d'algues qui le camouflent au milieu des feuillages. Les tamarins soyeux ainsi que les ouistitis et d'autres petits singes trouvent des fruis à écale et des fruits de toute nature dans les branches; ils se nourrissent aussi d'insectes occasionnels. Aux endroits les plus ensoleillés, on peut voir voleter plus de 3000 espèces de papillons aux couleurs vives.

 

 

 

 

 

L'étage inférieur de la forêt

Dans l'atmosphère calme, humide et lourde de la forêt amazonienne, les insectes et les araignées prolifèrent. Le grimpar barré cherche des insectes sous l'écorce des arbres. Le toucan toco, qui niche dans les cîmes, est un oiseau sociables, qui vit en groupes importants. Il utilise son énorme bec coloré pour attraper avec délicatesse des baies ou découper des fruits juteux. La cîme des arbres laisse passer peu de lumière, mais les fougères arborescentes et les lianes poussent facilement dans l'atmosphère humide de l'étage inférieur. Des orchidées magnifiques aux couleurs éclatantes ressortent sur le vert de la végétation environnante, profitant de la moindre goutte de pluie qui ruisselle le long des troncs. Toutes sortes de colibris, dont le colibri roux, battent des ailes à 90 battements par seconde en vol stationnaire au-dessus des orchidées. Ces espèces friandes de nectar sont les seuls oiseaux au monde à voler à reculons, exécutant une sorte de danse d'une fleur à l'autre.

 

 

 

L'anaconda peut mesurer jusqu'à 9 m de long. Il s'enroule autour de sa proie, qu'il tue en l'étouffant.

 

Le sol de la forêt

Le sol de la forêt est couvert de feuilles mortes, de brindilles et de fruits. Des palmiers, des fougères et des mousses parviennent à pousser à ce niveau, dans l'obscurité. Des millions d'habiles fourmis manioc transportent des morceaux de feuilles vers la fourmilière. Des termites, des scarabées et des mille-pattes rampent sur le sol pour se nourrir de plantes. Plus haut, les araignées tissent leur toiles afin de capturer scarabées et papillons diurnes ou nocturnes. Petit et timide, le daguet est un cerf typique de la forêt humide qui broute tranquillement sous les arbres. Le capybara - le plus gros rongeur du monde - vit en groupes d'animaux près des rivières. Dans la journée, le tapir solitaire folâtre dans l'eau; il devient très actif la nuit et renifle, avec son long nez, le bord des rivières et le sol des clairières, à la recherche de plantes aquatiques, de fruits, de bourgeons et de feuilles. Le fer de lance guette des rongeurs ou d'autres petits mammifères imprudents. Des orifices sensibles a la chaleur situés derrière les narines donnent à ce serpent mortel image infrarouge de sa proie.

 

 

 

 

Zoom sur la forêt humide d'Amazonie

La plus vaste forêt humide du monde couvre la superficie de 6,5 millions km2,presque un tiers de l'Amérique du Sud, et s'étend sur 9 pays. Elle est arrosée par l'Amazone er ses 1100 affluents. Les Andes (à l'ouest), l'océan Atlantique (à l'est) et le Massif guyanais (au nord) forment les frontières naturelles. Au sud de la forêt humide équatoriale, le climat est tropical.

 

 

 

Le milieu

Habitat: couche superficielle de la terre renouvelée par les pluies annuelles. Arbres centenaires et végétation dense.

Climat: équatorial et tropical (chaud et humide) - 27 à 31° C.

Biodiversité: probablement le mélange de flore et de faune le plius riche de notre planète.

Statut de l'habitat: en diminution

Menaces:  déforestation

 

 

 

Les atèles cherchent des fruits dans la voûte de la forêt.

 

Vivre dans la forêt humide

En raison de la valeur du bois de construction, particulièrement du bois dur, on abat des arbres et on construit des routes gigantesques au coeur des forêts humides primaires d'Amazonie. Des miliers de kilomètres carrés d'arbres et autres espèces végétales disparaissent chaque année pour faire place à des pâturages, des récoltes, des routes et des villes nouvelles. C'est ainsi que sont détruits des espèces et des modes de vie ancestraux de la forêt humide. Cependant, ont peut faire un usage maitrisé des ressources naturelles sans menacer l'environnement, si on applique les méthodes adéquates telles que receuillir le latex sans abïmer les arbres et récolter les noix du Brésil avec un minimum de dégâts.

 

 

 

 

Détruits et perdus pour toujours

La forêt humide ne peut pas survivre quand des miliers d'arbres sont abattus pour le bois de construction. Les arbres centenaires ne seront pas remplacés avant longtemps et les récoltes incessantes ruinent la terre, dont la surface est emportée par les pluies tropicales, empêchant la croissance de jeunes arbres. L'Amazonie abrite la plus grande variété de plantes et d'animaux de la planète. Des plantes à découvrir pourraient fournir de nouveaux médicaments. La diminution des gaz échangés dans l'atmosphère à partir des plantes menace de modifier à jamais le climat de la planète.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'aigle harpie aime se percher tout en haut d'un arbre mort pour repérer ses proies dans la voûte de la forêt.

 

800px-7_-_Itahuania_-_Août_2008