Vue sur le mont Fuji, avec Kamakura et la plage de Shichirigahama au premier plan

 

C'est une charmante station balnéaire du Pacifique, située à cinquante kilomètres de Tokyo et derrière laquelle se dessine l'impressionnante silhouette du mont Fuji. Bienvenue à Kamakura, domaine des temples bouddhistes, entre tradition et modernité.

 

Une ville côtière

Avant d'être une station balnéaire très prisée des japonais comme des voyageurs, Kamakura abritait le gouvernement féodal: les shogun en ont fait un temps leur capitale. Leur influence s'y ressent encore fortement par la présence de dizaines de grands temples médiévaux. Le musée des Trésors nationaux de la ville rassemble d'ailleurs plus de quatre mille oeuvres d'art liées à leur histoire dans un bâtiment inspiré du temple Shoso-in de Nara. Grâce à sa situation géographique privilégiée, Kamakura s'est développée et offre aujourd'hui de nombreux attraits, autres qu'historiques. Ses longues plages de sable sont très appréciées l'été, tout comme sa tranquillité. C'est une ville agréable où l'on prend le temps de vivre en savourant un paysage exceptionnel.

 

 

 

Musée des Trésors nationaux

 

 

 

 Abords du temple Hachimangu à Kamakura

 

Musée: 2-1-1 Yukinoshita

Tarif: 200 yens (1,43 euros)

 

Le grand Bouddha

Etape incontournable du voyage, le Daibutsu Amitabha de Kamakura est une statue géante: plus de onze mètres de haut pour cent vingt-deux tonnes! Construit en 1252, il est fait de plaques de bronze, autrefois recouvertes de feuilles d'or, assemblées sur une structure creuse dans laquelle on peut pénétrer. Bouddha est assis dans la position de méditation du lotus et semble veiller sur les curieux. Une merveille qui rivalise avec le Bouddha de Nara! C'est le seul vestige qu'il reste du temple Kotoku-in, détruit en 1495 par un tsunami.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Hôtel de ville

 

 

 

Le côté Omachi du passage de Shakado 

 

 

Les temples

Héritage de la faste période où Kamakura était au centre de pouvoir, les temples, essentiellement bouddhistes, date des XIIe et XIIIe siècles. La ville en recense une soixantaine ainsi qu'une vingtaine de sanctuaires shintoïstes. Le temple zen Engaku-ji célèbre les soldats morts pendant la tentative d'invasion mongole. On y accède par des escaliers encadrés de cèdres, le lieu est enchanteur! Kencho-ji est inspiré des temples chinois, c'est le plus ancien temple zen de Kamakura. un détour pour admirer un genévier vieux de sept cents ans s'impose! Le sanctuaire de Tsurugaoka Hachiman-gu offre une vue magnifique sur la cité plusieurs fois centenaires. Son jardin et ses étangs sont de réels lieux de plénitude et il abrite un joli trésor. Le temple sectaire Hase-Dera possède l'un des plus beaux jardin de la ville, dans le plus pur style japonais. Sa plus grande richesse est une statue en bois de la déesse Kannon aux onze visages, qui est aussi la plus grande statue en bois du pays puisqu'elle mesure plus de neuf mètres.

 

 

 

 Le shariden (trésor national)

 

 

 

Engaku-ji

 

 

 

Kencho-ji

 

 

 

 Entrée du sanctuaire Tsurugaoka Hachiman située en bas des marches

 

 

 

 Le sanctuaire central en haut des marches

 

 

 

 Bâtiment principal du temple Hase-dera

 

Bien que les temples soient nombreux à Kamakura, une journée est suffisante pour apprécier les principaux sites, même à pied. Les monuments sont bien indiqués, mais il faut parfois emprunter des chemins forestiers.

Comptez 200 à 300 yens (1,43 à 2,15 euros) par temples

 

1280px-Ruokoji_Katase_Nichiren_Execution_Ground

 

Le monument de Ryuko-ji où Nichiren a été sauvé de l'éxécution.