Un continent à la dérive.

Les vents violent balaient la glace avec férocité, le thermomètre descend souvent à -85°C avec une moyenne annuelle autour de -50°C. L'Antarctique est le continent le plus froid et le plus isolé de la planète. Entièrement recouvert de glace, il abrite pourtant une magnifique faune sauvage: manchots, pétrels, phoques et albatros, et ses eaux glacées abondent en espèces marines. Mais les effets néfastes de la civilisation commencent à s'y manifester.

 

1024px-Mt_Herschel,_Antarctica,_Jan_2006

L'Antarctique est un indicateur extrêmement sensible des changements de la planète.

 

Une surveillance internationale

L'Antarctique est un formidable laboratoire. En 1991, ce territoire a été décrété "réserve naturelle dévolue à la paix et à la science", par le protocole de Madrid, ratifié par les quarante-trois Etats déjà signataires du traité de l'Antarctique en 1961. Quarante-sept bases d'études sont disséminées le long de la côte. La plus grande, McMurdo, une station américaine, est devenue une petite ville de plus de 1 100 habitants. La construction de ces bases s'est accompagnée de nombreuses erreurs qui ont entraîné d'importantes modifications de l'environnement: création de pistes d'atterrissage sur des zones de nidification, mauvaise gestion des détritus...Aujourd'hui, l'affluence des touristes oblige à une vigilance accrue. On peut craindre aussi que la pression des Etats se fasse plus forte pour exploiter les ressources minières du sous-sol comme l'or, le platine et le pétrole. D'autres menaces pèsent sur la faune marine. Il y a une dizaine d'années, un ravitailleur argentin s'est échoué le long de la côte antarctique, provoquant la première marée noire. Le Royaume-Uni prépare un nouveau code de naviguation dans l'Antarctique. Mais celui-ci risque de ne pas être appliqué avant plusieurs années. L'Institut polaire français Paul-Emile Victoir réalise quant à lui des campagnes océanographiques.

 

View_of_the_Riiser-Larsen_Ice_Shelf_in_Antarctica

 

Les effets de stations scientifiques

Les stations scientifiques s'implantent sur des terres vierges où elles génèrent de la chaleur et de l'électricité. Leurs habitants jettent parfois leurs déchets sans les traiter, d'où une pollution de l'environnement. Ces stations peuvent avoir des effets néfastes et perturber les sites de reproduction des phoques et des manchots.

 

Une pollution inquiétante

Chaque printemps, la pollution de l'air provoque une énorme déchirure dans la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique. Sans cette couverture protectrice, tous les êtres vivants seraient directement exposés aux rayonnements nocifs du soleil. Le plancton qui constitue la nourriture principale de nombreux poissons, pourrait disparaître.

Le réchauffement de la planète à également des effets dévastateurs: la température à augmenté en moyenne de 2,5°C dans les cinquante dernières années et la glace fond plus rapidement que prévu. Composée d'eau salée, elle renferme des algues microscopiques libérées lors de la fonte.

La superficie de la glace rétrécissant, le krill qui dépend de ces algues pour se nourrir se raréfie, et les baleines ont désormais des difficulter pour s'alimenter.

Le réchauffement de la planète à provoqué le plus grand effondrement de glance dans l'Antarctique depuis une trentaine d'années. En mars 2002, sur la côte est, dans la mer de Weddel, un gigantesque morceau de banquise appelé "Larsen B", s'est fractionné en milliers d'icebergs. Ce fractionnement pourrait provoquer, si les milliers d'icebergs fondaient complètement, une remontée du niveau des mers de plusieurs mètres entraînant des effets dévastateurs pour toutes les régions côtières de la planète.

 

Antarctica_(6),_Laubeuf_Fjord,_Webb_Island

Une ville sur la glace

La base américaine McMurdo est la plus grande communauté de l'Antarctique. Bâtie sur la terre ferme à Ross island en 1956, elle est située à l'extrême sud. Accessible aux bateaux, elle possède un aéroport et un héliport.

 

Les baleines en danger

Depuis les années 1960, les eaux très poissonneuses de l'océan Antarctique font l'objet d'une pêche excessive. Les quotas imposés n'ont été que partiellement respectés et la pêche illégale a fait beaucoup de victimes, notamment dans la population des morues antarctiques. Le nombre de baleines avait atteint un seuil critique avant que la mise en application de l'embargo sur son commerce soit effective. Actuellement, cinq espèces de baleines (y compris la baleine bleue) doivent faire face à une diminution importante du krill, leur source principale de nourriture.

 

1280px-Antarctica_(7),_Laubeuf_Fjord,_Webb_Island

La protection en action: contrôler le tourisme polaire

L'Antarctique devient une destination touristique très recherchée. Cette présence humaine accrue nécessite une surveillance renforcée pour protéger ce dernier bastion de la vie sauvage. D'ores et déjà, les scientifiques étudient les conséquences d'un tel afflux sur l'environnement.

 

L'imparct sur la faune

Le tourisme en Antarctique a débuté dans les années soixante. Aujourd'hui, 8 000 à 9 000 visiteurs, pour la plupart américains, se bousculent chaque année, à la découverte de ce désert glacé. Survols en hélicoptères des colonies de phoques, de manchots et de pétrels, visites guidées en véhicules tout terrains: cette affluence soudaine à des conséquences importantes sur la faune et la flore. Plusieurs programmes de recherches en mesurent les effets sur les animaux et tâchent d'évaluer l'impact à long terme des vols d'hélicoptère sur les manchots empereurs et les manchots d'Adélie. Les premiers résultats montrent que les manchots sont devenus silencieux. Ils ont arrêté de s'interpeller. Une autre étude mesure les répercussions du bruit des moteurs résonnant sur la glace sur la communication entre les phoques de Weddell.

 

800px-Antarctica_6400px_from_Blue_Marble

Un désert de glace

L'Antarctique a une superficie presque égale à deux fois celle de l'Australie. Son climat est si rude qu'il lui vaut d'être classifié comme désert. C'est le continent le plus froid et le plus battu par les vents. Diverses stations scientifiques réparties sur le continent, étudient l'impact de la présence des hommes sur l'environnement.

 

Les risques d'épidémie

Les risques d'introduction accidentelle de maladies et de bactéries nuisibles pour la faune augmentent avec l'accroissement des visites de touristes.

 

Statut actuel de l'Antarctique

Situation actuelle: menace pour la vie sauvage

Menaces principales: réchauffement de la planète, diminution de la couche d'ozone, surpêche, pollution, exploitations minières

Protection légale: région protégée comme réserve naturelle vouée à la paix et à la science selon le traité international sur l'Antarctique

Actions de protection: initiatives diverses, par exemple la Convention pour la protection des ressources marines dont le but est de protéger l'Antarctique de la surpêche.

 

Comment agir? 

- Evitez d'acheter de la morue antarctique

- N'achetez pas de poisson pêché à la palangre (morue antarctique, thon rouge, espadon) où se prennent les albatros

- Suivez les travaux de la Commission internationale de l'Unesco qui a élaboré la charte des océans.